Class Tourisme : Magazine de voyages et d'Art de vivre

L'art de Rosanjin, génie de la cuisine japonaise


En ouverture de la Saison japonaise, le musée Guimet a choisi de présenter une exposition consacrée à Rosanjin Kitaôji, génie de la cuisine japonaise. Il s'agit pour le public de découvrir un moment essentiel de l'évolution de l'art culinaire japonais au début du XXe siècle dont les innovations depuis n'ont cessé d'inspirer les artistes dans tous les domaines des arts de la table.


L'art de Rosanjin, génie de la cuisine japonaise

L'art de Rosanjin demeure résolument actuel par beaucoup d'aspects et de dialogues même avec certaines recherches dans le domaine de la gastronomie française contemporaine.

Rosanjin, l'inventeur de la gastronomie au Japon, le « bi-shoku » ou l'esthétique du manger, redonne vie au concept du « beau autour de la table ». A la fois céramiste, artiste laqueur, calligraphe et peintre, il fut aussi essayiste et déclare à ce titre dans La voie du goût de Rosanjin : « La cuisine, tout en prenant comme matière la nature et en satisfaisant le désir le plus primitif des êtres humains, sublime ce savoir-faire au niveau de l'art. ».

Dans l'esprit de « l'art total » prôné par Rosanjin dans son restaurant mythique « Le Club des Gourmets », où se jouait devant chaque convive une pièce éphémère, les visiteurs pourront vivre une expérience culinaire et esthétique semblable à celle vécue par les heureux clients des restaurants de l'artiste. Les œuvres seront placées dans des espaces dédiés, où seront projetées des vidéos de quatre grands chefs officiant chacun dans un style différent, dans le domaine de la haute cuisine traditionnelle.

Dans la lignée créatrice de Rosanjin, l'exposition souligne comment chaque récipient relatif à la cérémonie du thé ou à la dégustation de mets délicats, est pensé dans sa forme, sa texture et son décor, au gré des principes esthétiques d'harmonie avec la nature environnante et entre les convives pour un partage simultané de la beauté et de l'élégante simplicité.

A travers l'œuvre protéiforme de Rosanjin, le musée Guimet donne ainsi un aperçu du vaste paysage gastronomique et du monde si riche de la céramique du « pays au soleil levant ». Cette exposition marque la première rétrospective en France de l'œuvre d'un artiste de talent, grâce à des prêts importants consentis par les musées nationaux d'art moderne de Kyoto et de Tokyo, et du musée de Setagaya.

Au musée Guimet depuisl le 3 juillet et jusqu'au 9 septembre 2013

www.guimet.fr/fr/expositions



Mardi 18 Juin 2013
Notez

Dans la même rubrique :
< >