Class Tourisme : Magazine de voyages et d'Art de vivre

Au Japon, la vie est un art !



Le Japon excelle à la fois dans la préservation de ses traditions et dans la valorisation de son patrimoine artistique. Entre d'incroyables expositions dans les musées en plein air, ou l'émergence de nouveaux centres d'art moderne, le Japon est un véritable paradis culturel.



© JNTO
© JNTO

Il y a de multiples expériences à vivre au pays du soleil levant. Un voyage au Japon sera l’occasion d’en apprécier les merveilles, que ce soit dans les villes ou encore hors des sentiers battus. Voici quelques pistes parmi huit des meilleures expériences à découvrir et à vivre, en retrouvant la liberté de voyager.


Triennale d'art d'Echigo Tsumari

Dans des lieux aussi variés que les rizières, les forêts et les écoles, l'art surgit de manière inattendue dans le paysage naturel de Tōkamachi, dans la préfecture de Niigata, sur l'île de Honshū, où se déroule tous les 3 ans la Triennale d'art Echigo-Tsumari, le plus grand festival d'art en plein air au monde.

L'objectif de cet événement vise à exploiter le pouvoir de l'art contemporain pour aider à revitaliser les communautés rurales en déclin et dépeuplées dispersées dans la pittoresque région de Niigata, sur l'île de Honshū, une région de villages de montagne isolés et de rizières. Depuis son lancement en 2000, l'événement a présenté le travail d'un nombre impressionnant d'artistes contemporains internationaux, comme Marina Abramovic (membre du conseil d'Administration du Contemporary Art Museum de Kitakyushu) ou Antony Gormley et James Turrell, ainsi que d'innombrables talents nationaux. Les visiteurs peuvent même passer une nuit dans la magnifique maison de lumière de Turrell, construite par l’artiste, dans le style sukiya traditionnel qui s’est imposé au cours du 16è siècle. 


Aomori du Nord : grand pôle artistique

Towada Art Center - © JNTO
Towada Art Center - © JNTO

Cette région éloignée, au nord du Japon, est réputée depuis longtemps pour ses pommes, ses fruits de mer frais, ses montagnes sauvages et ses musées d'art de haute qualité.

Aomori, préfecture située à la pointe nord de l'île principale de Honshu, est devenue un pôle d'art moderne inattendu ces dernières années, avec l'émergence d'une série de musées progressistes.

Il y a Towada Art Center,  un maillage de cubes blancs et de passerelles en verre fluides avec lumière naturelle, conçu par l'architecte Ryue Nishizawa, qui abrite une collection permanente compacte mais impressionnante de 38 œuvres d'art, d'artistes allant de Yoko Ono à Ron Mueck.

Le musée d'art, Aomori Kenritsu Bijutsukan est situé juste à l'extérieur du centre-ville et abrite des expositions temporaires et permanentes. Il a la particularité de présenter des espaces d'exposition creusés dans la terre comme les tranchées d'un site de fouilles archéologiques.


Musée d'art de Nakanoshima

© Nakanoshima Musée d'Art (dessin en perspective) - © JNTO
© Nakanoshima Musée d'Art (dessin en perspective) - © JNTO

La préfecture d'Osaka est peut-être mieux connue pour sa cuisine de rue sensationnelle, ses clubs de comédie bruyants et sa vie nocturne électrisante, mais pour une vision plus cérébrale de la ville, dirigez-vous vers Nakanoshima, situé à 20 minutes à pied de la gare JR d'Osaka et de l'île aux musées.

Situé entre la rivière Dojima et la rivière Tosabori, l'île s'annonce comme l'un des quartiers les plus excitants du Japon. Rejoignant deux musées attrayants (le musée des sciences d'Osaka et le musée national d'art d'Osaka), le musée d'art de Nakanoshima est le dernier ouvert dans la région.

Conçu par Endo Katsuhiko Architect and Associates, l'extérieur présente une remarquable façade en blocs noirs, tandis qu'à l'intérieur, il contient environ 6 000 œuvres d'art contemporain asiatique et international.

La peinture surréaliste de René Magritte "Le Bouquet Tout Fait" et la sculpture d'Alberto Giacometti "Le Nez" font partie de la collection permanente, ainsi que d'importantes peintures impressionnistes japonaises de Jiro Yoshihara et Takeji Fujishima.


Musées en plein air à travers le Japon

© JNTO
© JNTO
Que ce soit au bord de la mer, dans une forêt ou à flanc de montagne, il existe peu de cadres plus puissants pour l'art qu'au cœur de la nature.

Le Japon excelle depuis longtemps à mélanger harmonieusement tout ce qui concerne l'art et la nature, avec d'innombrables installations d'art en plein air à travers l'archipel. 

Parmi ces lieux; le parc d'art de Sapporo - connu sous le nom de Sapporo Geijutsu no Mori - présente une étendue de forêt verte de 40 hectares à l'extrême nord de l’île d'Hokkaido avec une palette d'installations créatives.

Il abrite des sculptures et des galeries d'art, ainsi que des ateliers d'artisanat - verrerie, céramique, textile, menuiserie - mettant en scène des ateliers, des cours et des événements au fil des saisons.

La pyramide de verre Hidamari du parc Moerenuma - © inefekt69
La pyramide de verre Hidamari du parc Moerenuma - © inefekt69
Un autre haut lieux des arts en plein air de Sapporo, est le parc municipal Moerenuma, à la périphérie de la ville. Il fait partie du concept de ceinture verte de la ville, dans un paysage imaginé par l'artiste Isamu Noguchi.
 

Le charme du thé japonais

Le Japon bénéficie d'une culture du thé séculaire. Tout commence dans les champs de thé vert , avec des visiteurs flânant entre des rangées soignées de buissons de thé, et découvrant la délicate cueillette des feuilles. 
 
En arrière plan, des vues majestueuses du mont Fuji se profilent à l'horizon, si les conditions météorologiques ​​le permettent, compte tenu de la forte pluviométrie dans la région. ​​

Sushi, soba, ramen et thé vert, le Japon profite non seulement d'un riche patrimoine gastronomique, mais aussi d'une culture du thé séculaire.

Le 1er avril marque à la fois le début du printemps,  le renouveau de la nature, avec les incontournables et magnifiques paysages de cerisiers en fleurs, mais aussi le début de l'année scolaire et universitaire, ainsi que la nouvelle année fiscal. Nombreux sont ceux qui en cette saison s’adonnent à des séances de hanami (contemplation des fleurs) et c'est également la saison de la cueillette du thé.
 
Le salon du thé Ajimano à Echizen, une ville de la préfecture de Fukui, à deux heures de route de  Nagoya, ouvre ses portes pour un événement annuel chaque printemps. Dans cette ville, qui entretient une relation profonde avec le Manyoshu (le plus ancien recueil de poésie du Japon), les visiteurs peuvent découvrir toutes les étapes de la fabrication du thé Ajimano, de la cueillette des feuilles (un processus connu sous le nom de chatsumi) avant de les sécher et de les masser. Et, enfin, le thé est infusé et servi.

Ureshino, situé dans une vallée montagneuse de la préfecture de Saga, sur l'île de Kyushu, à une heure de route de Nagasaki, est également célèbre pour sa culture du thé qui remonterait à plus de 500 ans. Dans cette région renommée pour ses thés vert ou noir, le tourisme se développe autour de cette thématique, avec des visites organisées dans les plantations, l'apprentissage des secrets de la récolte et de la sélection des feuilles, les subtiles mélanges, et la participation à des dégustations mets et thés dans le plus parfait raffinement japonais. 

La cérémonie du thé, Chanoyu, est un art traditionnel qui se déroule selon un rituel très codifié, y assister permet d'apprendre beaucoup sur le raffinement de la culture japonaise.

La gastronomie, Patrimoine immatériel de l'UNESCO

© JNTO
© JNTO
Sushi, soba, ramen.., la cuisine japonaise traditionnelle, ou washoku, concerne autant la préparation et la présentation des plats, que les ingrédients utilisés et les recettes. Elle occupe une telle importance pour l'identité japonaise qu'elle a été inscrite, en 2013, sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO. Le washoku exprime l’esprit japonais d’un grand respect envers la nature, et qui se sublime au cours des générations.

Profondément lié à la nature, le washoku célèbre donc la richesse du pays, des légumes de saison et des fruits précieux,  des herbes sauvages et des plantes comestibles, en passant par les fruits de mer fraîchement pêchés et le riz, bien entendu. Il faut savoir qu’au Japon les fruits sont très cher et souvent considérés comme un luxe, c'est pourquoi ils sont fréquemment offerts en cadeau. Par exemple, le melon "Yubari King", variété très sucrée se vend en moyenne 300 euros et la pastèque noire Densuke 250 euros… Entre les taxes élevées d'importation, la rareté des terres arables et le tri systématique des fruits pour ne conserver que les plus parfaits, il n'est pas étonnant que les prix soient très élevés.
 
Généralement dégusté lors des réunions de famille et des célébrations du Nouvel An entre amis, chaque plat est toujours magnifiquement présenté sur une vaisselle spéciale. Dans le vaste et nouveau marché aux poissons de Toyosu à Tokyo, qui a remplacé le marché de Tsukiji en 2018, les produits les plus délicieux du Japon sont mis en vente aux enchères, pas seulement le poisson, comme son nom l'indique, mais aussi des fruits et des légumes.

Concept ancien de développement durable

© JNTO
© JNTO
C'est une forme d'art ancien datant de quatre siècles, mais enracinée dans un concept moderne très actuel : la durabilité. Kintsugi, l'art qui consiste à réparer la poterie cassée, en soulignant  les fissures par lignes visibles d'or ou d'argent  au lieu de les masquer. Sa popularité a été alimentée non seulement par son appréciation de la beauté dans l'imperfection, ou l'artisanat complexe impliqué - mais aussi par sa dimension responsable.

Il existe plusieurs hypothèses sur l'origine du kintsugi. Selon l'un d'eux, la forme d'art remonte à plus de quatre siècles. Yoshimasa Ashikaga, un shogun du XVe siècle, aurait cassé son bol à thé préféré et l'aurait envoyé en Chine pour être réparé. Quand il est revenu avec les pièces agrafées ensemble, les artisans locaux ont décidé de créer une version plus esthétique en remplissant les fissures avec de la laque dorée - le kintsugi est né. En termes pragmatiques, le kintsugi s'inspire du concept japonais traditionnel de mottainai - le désir de ne pas gaspiller. Elle s'enracine dans le respect des objets, qui, ces dernières années, rime avec durabilité.

Hôtels d'art

© Ninagawa Mika “Concept Room 152” Hotel Anteroom Kyoto - © JNTO
© Ninagawa Mika “Concept Room 152” Hotel Anteroom Kyoto - © JNTO
Si visiter les musées et les galeries du Japon figure en bonne place sur la liste d'activités, voici un moyen d'y ajouter une dose d'art supplémentaire : réservez une nuit ou deux dans un hôtel qui possède sa propre collection d'art.
 
À 15 minutes à pied au sud de la gare de Kyoto, l'hôtel Anteroom Kyoto abrite plus de 200 œuvres d'art et dispose de huit salles conceptuelles décorées par certains des meilleurs artistes japonais, dont la plus psychédélique est la salle 152, une fantaisie de fleurs de cerisier créée par Mika Ninagawa.
 
Toujours à Kyoto, le BnA Alter Museum est un boutique-hôtel, réunissant sur 10 étages une galerie d'art contemporain. Chacune de ses 31 chambres présente un design différent.

Takashi Murakami est un artiste plasticien de 59 ans qui puise son inspiration dans l’imagerie des Mangas japonais et révèle être fortement imprégné par l’œuvre d’Andy Warhol, dont il est considéré comme le successeur. À Tokyo, l'hôtel Grand Hyatt dispose d'une suite Takashi Murakami Flower Art Gallery, avec 14 œuvres d'art et sculptures originales représentant son motif de fleur à 12 pétales. 

Les chambres lumineuses et spacieuses sont à la pointe de la modernité - © Tower Hotel Nagoya
Les chambres lumineuses et spacieuses sont à la pointe de la modernité - © Tower Hotel Nagoya
À deux heures à l'ouest de la capitale par le shinkansen (le train à grande vitesse), Nagoya abrite le Tower Hotel, établissement de charme intégré en 2020 dans l'ancienne tour de télévision des années 50, et qui dispose de 15 chambres sobres, mais très modernes, décorées avec de l'art local,  tissus et meubles. Un séjour pendant lequel vous pourrez explorer le musée d'art Tokugawa, le musée des sciences de la ville de Nagoya et les musées Toyota. Il y a aussi de nombreux sanctuaires et temples disséminés à travers la ville, dans lesquels vous pouvez entrer directement depuis le Tower Hotel Nagoya.   

Dès que vous pourrez de nouveau vous évader, laissez-vous séduire par une découverte du Japon. Vous serez, dès la sortie de l'aéroport, en immersion immédiate dans un autre monde, une autre culture, un autre mode de vie, dans un pays attachant.


Pour préparer votre voyage : 
https://www.jnto.go.jp/
https://www.japan.travel/fr/destinations/
https://www.vivrelejapon.com/preparer-son-voyage-au-japon

 
Mercredi 22 Septembre 2021
Notez

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 3 Octobre 2021 - 08:44 Les aventuriers du patrimoine (Michelin Editions)

France | Destinations | Hébergement | Art de vivre | Transport | Culture | Croisières | Sports-loisirs | Bons Plans | Bien-être | Mentions légales | Point de vue